Anatomie

Skelett Furcifer pardalis Männchen
Furcifer pardalis aus Ambanja, Männchen, 2017
Skelett Calumma parsonii parsonii Männchen
Skelett Furcifer lateralis
Furcifer lateralis in Ambalavo
Skelett Calumma parsonii parsonii Weibchen
Calumma parsonii yellow giant aus Vohimana
Skelett Brookesia stumpffi
Brookesia stumpffi aus Ankarana

L’anatomie signifie autant que la théorie de la construction du corps. Cette page est consacrée à l’anatomie des caméléons malgaches, et elle n’est certainement pas complète. Nous développons l’article petit à petit, afin qu’il soit le plus complet possible à un moment donné. Puisque des organes comme le poumon et le foie sont également abordés ici, nous aimerions signaler, avant même la table des matières, que cet article contient des photos de sections ou d’organes internes de caméléons. La table des matières sur le côté droit peut être dépliée et repliée pour une meilleure lisibilité de l’article.

 

Squelette

Le squelette d’un caméléon est principalement constitué d’os et de cartilages. Les os des caméléons ne sont pas creux, mais remplis de moelle osseuse. Chaque os du squelette porte un nom scientifique, et presque chaque point ou extension des os peut être traité à nouveau avec ses propres termes. Par souci de simplicité, tous les points et parties d’os ne sont pas mentionnés dans nos explications.

Tête

La tête d’un caméléon – expliquée ici sur le caméléon panthère – se compose de la mâchoire supérieure sur laquelle est suspendu le crâne ainsi que de la mâchoire inférieure, comme chez l’homme. La mâchoire inférieure est constituée de l’Os mandibulare (os de la mâchoire inférieure, ma), qui comprend la zone avant avec les dents ainsi que la zone articulaire (Os articulare, art) à l’extrême arrière et entre les Os angulare (ang). Une petite extension qui fait saillie vers le haut est appelée Os coronoideus (extension du corbeau, co). Les caméléons sont acrodontaux, c’est-à-dire que les dents sont posées verticalement sur l’os de la mâchoire et en font partie. Il n’y a pas de séparation entre l’alvéole de la dent et la dent qui s’y trouve, comme chez les mammifères. Les dents de caméléon ne sont donc naturellement pas modifiées et ne peuvent pas tomber, mais restent en place toute la vie.

Schädel Furcifer pardalis

Le crâne est formé par le large Os frontale (fr), les deux Os praefrontale (pf) précédents, le petit Os nasale (os nasal, n) intermédiaire et la mâchoire supérieure (Os maxillare, mx). L’orbite est formée par l’os post-orbital (pof) et l’os zygomatique (Os jugulare, j). Le casque est relié à l’Os parietale à l’Os frontale. Selon le type de caméléon, ces os du crâne peuvent être très différents. Latéralement, le casque est limité par les deux Os squamale (carrés). L’Os quadratum (q) sous-jacent forme l’articulation de la mâchoire inférieure. Comme chez d’autres reptiles, la mâchoire supérieure des caméléons, en particulier, contient la soi-disant choane, qui se trouve dans le palais. La Choane est pour ainsi dire un trou dans le palais dur, chez l’homme on l’appellerait fente palatine. Mais chez les caméléons, cette connexion entre la bouche et le nez est tout à fait normale.

L’os hyoïde est fixé à la tête par du tissu conjonctif. Comme il est essentiel pour l’hyoïde typique des caméléons, l’hyoïde est abordé dans l’article correspondant.

La colonne vertébrale et les côtes

La colonne vertébrale (1) des caméléons est particulièrement longue et se compose de vertèbres cervicales, thoraciques, lombaires, sacrées et caudales, comme chez tous les vertébrés. Le nombre de vertèbres varie selon les espèces, seul le nombre de vertèbres cervicales est toujours de cinq. La particularité des caméléons est que les côtes (2) ne s’étendent pas seulement sur les vertèbres thoraciques, mais aussi sur le sacrum. Cela signifie que toute la zone thoracique et abdominale avec tous ses organes est protégée par des côtes. Contrairement aux mammifères, les caméléons n’ont que quelques côtes libres, mais presque toutes les côtes sont fermement reliées par du cartilage au sternum (3) ou à l’apophyse cartilagineuse opposée de la côte opposée. La palpation de l’abdomen est donc souvent de peu d’utilité chez les caméléons, car l’abdomen ne peut pas être palpé doucement comme chez les mammifères – les côtes sont en travers du chemin. Seules les toutes dernières côtes, directement sur le sacrum, sont très petites et ne sont attachées qu’avec du tissu conjonctif, et les premières côtes sont généralement ancrées dans la ceinture tibiale avec du tissu conjonctif.

Skelett Calumma parsonii parsonii Weibchen mit Zahlen

Skelett eines weiblichen Parsons Chamäleons

La queue est généralement aussi longue que le corps lui-même et sert à se tenir et à grimper. Elle ne peut pas être rejetée ou régénérée par les caméléons. Les caméléons endormis ou menaçants enroulent complètement la queue. La queue ne peut être enroulée que dans un seul sens, vers le bas.

Extrémités

Les extrémités d’un caméléon sont en principe construites exactement comme celles d’un être humain, mais avec une forme complètement différente : il y a aussi une omoplate (4), un bras (5), un cubitus et un radius (6) ainsi qu’une hanche (9), une cuisse (10) et un tibia et un mollet (11). Les doigts et les orteils des pieds forment de quasi petites pinces de préhension, qui constituent une adaptation optimale au mode de vie des grimpeurs. Sur les membres avant, deux doigts pointent vers l’extérieur et trois vers l’intérieur (7), sur les membres arrière, c’est l’inverse (8) : deux orteils pointent vers l’intérieur, trois vers l’extérieur. Le phénomène des doigts et des orteils qui « poussent ensemble » est appelé syndactilia. En fait, les os eux-mêmes n’ont pas grandi ensemble.

Anatomie abstehende Hüfte

Caméléon panthère femelle dont les hanches dépassent optiquement et clairement sous la peau

La hanche (9) n’est reliée au sacrum que par des tendons, c’est pourquoi des hanches « saillantes » peuvent parfois se produire lorsque ce tissu est affaibli ou manquant. Il en va de même pour les omoplates, qui ne reposent elles aussi que sur les côtes, mais sont en outre reliées au sternum (3). On peut également observer de temps en temps des os « saillants » au niveau des épaules, mais ils ne dérangent généralement pas le caméléon atteint.

Peau

Comme chez tous les animaux, la peau des caméléons est constituée de trois couches : l’épiderme, le derme et le sous-cutané. L’épiderme, avec sa couche cellulaire kératinisée la plus externe, forme les écailles typiques. Elle constitue une barrière de protection externe contre les blessures et la perte d’humidité, et sert en même temps de moyen de communication avec le caméléon lorsqu’il change de couleur. Si le caméléon grandit, il doit de temps en temps enlever la couche supérieure de la peau, car celle-ci ne grandit pas avec lui – l’animal plâte sa peau lui-même. Les caméléons ne peuvent pas stocker de la graisse dans la peau comme le font les mammifères.

Les écailles des caméléons varient d’une espèce à l’autre et parfois même d’une partie du corps à l’autre. C’est la raison pour laquelle les structures de peau des différentes espèces sont extrêmement différentes. En gros, la structure des échelles est divisée en échelles homogènes, c’est-à-dire paires, de taille similaire les unes à côté des autres comme on l’a vu plus haut dans Calumma glawi, et en échelles hétérogènes, les échelles étant de tailles différentes, comme on l’a vu plus haut dans l’image du Furcifer rhinoceratus.

On divise les échelles en différents types, qui diffèrent un peu les uns des autres selon l’auteur. Le type d’écailles le plus simple est celui des écailles coniques (1 et 2) – le nom dit déjà tout sur la forme. Ces écailles se trouvent principalement au niveau des crêtes dorsale et ventrale comme ici sur la photo avec les caméléons panthères. Les écailles labiales (3) se trouvent le long des lèvres et sont généralement blanches ou au moins plus claires que leur environnement. Le caméléon panthère est un bon exemple ici aussi. Les écailles charnues (4), en revanche, se trouvent principalement chez diverses espèces de Brookesia. Les échelles granulaires (5) se présentent souvent sous la forme de petites accumulations entre des échelles plus grandes, comme le montre la photo 5. Parmi les écailles tuberculeuses (9) que l’on trouve souvent sur les crêtes osseuses du crâne, de nombreux auteurs comptent également les écailles lenticulaires (6), également relevées au milieu, ainsi que les écailles en forme de plaque (7) comme ici sur les lobes occipitaux de Calumma brevicorne. Des écailles en forme d’étoile et polygonales (8) en sont également les descendantes, ici sur la peau de Brookesia decaryi.

Schuppen

 

Crête d’os et de peau

Pour la description et la différenciation des caméléons, on fait souvent référence à ce que l’on appelle des crêtes, que le caméléon peut porter sur différentes parties du corps. Il y en a plusieurs sur le crâne : la crête osseuse latérale (a-c) est constituée de trois parties. La partie rostrale (crête rostrale, a) s’étend des deux côtés du bout du nez jusqu’à juste avant l’œil, la partie orbitale (crête orbitale, b) s’étend – comme son nom l’indique – au-dessus de l’œil, et la troisième partie (crête latérale proprement dite, c) s’étend de juste derrière l’œil jusqu’au bout du casque. Parmi les nombreux caméléons, seule la crête osseuse allant de l’œil à la pointe du casque est appelée crête latérale. En outre, la crête osseuse pariétale (crête pariétale, d) est située au centre du casque. Chez certaines espèces de caméléons, il existe une crête osseuse temporale supplémentaire sur la tête, qui s’étend entre la crête pariétale et l’œil.

Head crests in chameleons

La plupart des espèces de caméléons ont également des crêtes qui ne sont pas formées par les os sous-jacents, mais qui ne sont constituées que d’écailles coniques. L’une d’entre elles est la crête dorsale (crête drosale, e), qui a une forme très différente selon les espèces. Certaines espèces comme les caméléons panthères portent une rangée continue d’écailles coniques sur leur dos, d’autres comme les femelles du Furcifer antimena ne portent que des écailles isolées ou seulement dans la partie avant. La contrepartie de la crête dorsale est la crête abdominale (crête ventrale, pas sur la photo), qui longe naturellement l’abdomen. Cependant, la zone allant du menton à la poitrine est divisée en une crête gulaire (f).

Calumma amber, Weibchen, Montagne d'Ambre 2017

Une femelle Calumma amber menace de dissémination des lobes occipitaux

Lobes occipitaux

Certains caméléons malgaches ont des appendices lobés derrière la tête, qui sont souvent confondus avec les oreilles. Ils n’ont rien à voir avec les oreilles, car ce sont les lobes occipitaux. Il s’agit d’appendices en peau, chez les espèces plus grandes, partiellement à base cartilagineuse. Si les lobes occipitaux sont assez grands, ils peuvent être mis en place à l’aide du Musculus depressor mandibulae lorsqu’ils sont menacés et faire paraître le caméléon plus grand. Les lobes occipitaux sont également souvent utilisés pour différencier les espèces.

Processus nasaux

De nombreux caméléons portent des extensions de nez. On distingue les vraies cornes, qui consistent en une seule écaille kératinisée agrandie sur un processus osseux, et les fausses cornes, qui ont également une base osseuse mais sont couvertes par des écailles normales de la peau.

On trouve de vraies cornes par exemple chez de nombreux espèces Trioceros africains.

A Madagascar, il n’y a que des fausses cornes. Souvent, ces processus nasaux sont des extensions osseuses des deux crêtes osseuses rostrales de la tête, qui se développent ensemble à l’avant pour former une seule extension. Le Furcifer rhinoceratus est un exemple de ce processus. Mais à Madagascar, il existe aussi des extensions bilatérales des crêtes osseuses rostrales, comme dans Furcifer balteatus, Furcifer bifidus, Furcifer minor ou Calumma parsonii. Chez de nombreux caméléons terrestres, les fausses cornes sont devenues des extensions osseuses le long de la crête osseuse latérale ou des extensions entre la bouche et le nez au cours de l’évolution.

Une autre variante des caméléons sont les processus nasaux sans base osseuse, les soi-disant cornes dermiques (« cornes de peau »). Ils ne sont constitués que de peau douce et sont donc flexibles. Ces processus nasaux se retrouvent, par exemple, dans Calumma gallus ou Calumma nasutum.

Senses

Odorat

L’épithélium sensible aux odeurs est présent chez les lézards dans le nez et l’organe de Jacobson (également appelé organe voméronasal) dans le palais. Il est soupçonné de jouer un rôle dans les tests de la langue. Cependant, il a été prouvé que l’organe de Jacobson est assez peu développé chez les caméléons, contrairement aux serpents par exemple. L’odorat semble donc jouer un rôle mineur.

Sens du goût

Les papilles gustatives des caméléons sont principalement situées à l’extrémité de la langue et du rembourrage de la langue. Dans l’ensemble, ils sont moins nombreux que les autres reptiles.

Audition et équilibre

Tout comme les mammifères, les caméléons ont un sens de l’équilibre et de la rotation ainsi que de l’ouïe. On ne trouve pas d’oreille externe avec tympan, et l’osselet restant (columelle) est si réduit chez de nombreuses espèces qu’on peut difficilement le qualifier de fonctionnel. Néanmoins, les caméléons peuvent probablement percevoir des sons très forts et de basse fréquence autour de 200 Hz. Ils réagissent aussi fortement aux vibrations.

Glandes spéciales de la tête

Glandes salines

Salzrkristalle an der Nase eines Furcifer pardalis

Cristaux de sel sur le nez d’un Furcifer pardalis

Le nez des caméléons possède des glandes salines par lesquelles l’excès de minéraux peut être excrété sous forme cristalline. Il s’agit principalement de potassium et de sodium. En excrétant les sels, l’animal peut économiser de l’eau. Contrairement aux rumeurs qui circulent, la présence de sels sur le nez des caméléons n’a rien à voir avec le fait que l’animal en question est en surnombre. Le calcium n’est pas un des minéraux excrétés !

Glandes temporales

Les glandes temporales, qui ne sont pas présentes chez tous les caméléons, sont situées dans les commissures des lèvres. Ils sécrètent toujours un peu de sécrétion, qui est à peine visible à l’œil nu. La décoloration jaunâtre des coins de la bouche de nombreux caméléons est la preuve de l’activité des glandes. Selon les études d’Ogilvie, la sécrétion contient principalement des cellules de peau kératinisées dont la fonction n’est pas encore complètement comprise. On se demande si la sécrétion sert à marquer des branches ou si elle est simplement le résultat du contact accru entre les couches de peau au coin de la bouche.

Voies respiratoires

Trachée et poches d’air dans le sac de la gorge

La trachée des caméléons comporte des clips cartilagineux incomplètement fermés. Il ne se divise en deux bronches principales qu’au niveau du cœur. Plusieurs espèces de caméléons ont un sac d’air supplémentaire, plus petit, dans la zone du sac de la gorge. L’anatomie de ces sacs d’air supplémentaires peut varier considérablement d’une espèce à l’autre et au sein d’une même espèce. Certains animaux n’ont qu’un sac d’air légèrement « gonflé » à ce stade, d’autres n’ont qu’un seul sac d’air, et d’autres encore ont trois ou quatre sacs d’air plus petits. On suppose que cette diversité de ces sacs à air pour la gorge peut être utilisée pour la communication intra-espèce via les vibrations. L’aperçu suivant fournit des informations sur l’espèce malgache et la forme du sac d’air dans le sac de la gorge.

Espèce caméleon
Existant? Si oui, à quoi cela ressemble-t-il ?
Brookesia decaryi non
Brookesia perarmata non
Brookesia stumpffi non
Brookesia superciliaris non
Brookesia thieli non
Calumma brevicorne non
Calumma crypticum non
Calumma gastrotaenia non
Calumma malthe non
Calumma nasutum non
Calumma oshaughnessyi non
Calumma parsonii cristifer non
Calumma parsonii parsonii non
Furcifer balteatus oui un seul sac gonflable
Furcifer campani non
Furcifer lateralis forme intermédiaire petite bosse sur la trachée
Furcifer oustaleti oui un à trois sacs gonflables
Furcifer pardalis forme intermédiaire petite bosse sur la trachée
Furcifer petteri non
Furcifer verrucosus oui deux à quatre sacs gonflables
Furcifer willsii non

 

Poumons et sacs d’air

Zusätzlicher Luftsack im Kehlbereich eines Furcifer balteatus

Sac gonflable supplémentaire dans la région de la gorge d’un Furcifer balteatus

Les voies respiratoires du caméléon sont complètement différentes de celles des mammifères. Bien que les poumons soient également appariés, ils rappellent davantage un sac avec de nombreux renflements en forme de doigts que le tissu solide du poumon humain, qui est constitué d’innombrables alvéoles. Les poumons des caméléons sont divisés par de minces cloisons en différentes zones (« sacs d’air »), qui s’étendent loin dans le corps avec de fines ramifications. Les divisions varient d’une espèce à l’autre.

L’inhalation et l’expiration sont toutes deux contrôlées par les mouvements actifs des muscles intercostaux (par rapport aux mammifères, seule l’inhalation et une très courte partie de l’expiration sont forcées par les muscles). En revanche, un caméléon peut, en une seule respiration, fournir deux fois plus d’oxygène à son sang, car l’échange gazeux chez ces animaux a lieu à la fois lors de l’inspiration et de l’expiration (ce qui se produit principalement dans la zone avant des poumons, les protubérances dépassant dans l’abdomen ne servant pas à l’échange gazeux).

Präparierte Lunge eines Pantherchamäleons

Poumon préparé d’un caméléon panthère

En raison de sa forme en sac, de ses membranes filigranes et extrêmement fines et de sa circulation sanguine relativement faible, le poumon caméléon est malheureusement très sensible aux infections, ce qui nécessite une attention particulière, surtout dans le terrarium. La température et l’humidité doivent répondre de manière optimale aux besoins du caméléon par un éclairage, un approvisionnement en eau et une ventilation adéquats. En outre, les animaux ne peuvent pas tousser (car il n’y a pas de diaphragme), ce qui les prive de la possibilité de transporter le liquide des sacs d’air vers le haut via la trachée. Au plus tard, la présence de mucus dans la bouche, les bruits respiratoires audibles et l’ouverture constante de la bouche malgré les basses températures devraient être des signaux d’alarme pour que le propriétaire se rende chez le vétérinaire caméléon-expert le plus proche. Les maladies pulmonaires ne sont pas inoffensives et peuvent être mortelles chez les caméléons.

En plus de la respiration, les sacs gonflables servent également à changer de forme : si un caméléon menace, par exemple, il peut littéralement « se gonfler » et changer radicalement la forme de son corps. Cette fonction d’inflation est également utilisée lorsque les animaux tombent : Cela amortit la chute et, en général, rien n’arrive au caméléon.

Coeur

Herz eines Furcifer pardalis

Coeur d’un Furcifer pardalis

Le cœur caméléon a deux oreillettes séparées, mais une seule chambre. Ce ventricule peut être presque entièrement séparé en deux zones indépendantes par des bandes musculaires. C’est généralement le cas pour les animaux thermostables. Dès que les bandes musculaires permettent le passage du sang, la circulation du corps et des poumons est connectée. Cela permet à l’animal de faire circuler le sang entre les deux circuits selon les besoins, ce qui signifie qu’il peut très bien s’adapter à des conditions environnementales changeantes.

Fondamentalement, le sang « usagé » à faible teneur en oxygène circule dans le corps par les veines jusqu’à l’oreillette droite, puis est pompé du ventricule jusqu’aux poumons, où l’oxygène est absorbé. Le sang riche en oxygène des poumons s’écoule à son tour dans l’oreillette gauche, d’où il est pompé hors du ventricule dans la circulation du corps. Comme les caméléons n’ont qu’un ventricule au lieu de deux comme nous le faisons chez les mammifères, ils peuvent réguler l’équilibre acido-basique, l’échange gazeux et la pression sanguine beaucoup plus efficacement à différentes températures corporelles.

Système lymphatique

Le système lymphatique du corps transporte les fluides (lymphe) des tissus et des organes vers les veines, afin qu’ils soient renvoyés dans la circulation du corps. Chez les caméléons, le système lymphatique est développé, mais les ganglions lymphatiques comme chez l’homme n’existent pas. Au moins les follicules lymphatiques sont présents dans le tractus gastro-intestinal.

Rate

Chez le caméléon, la rate est généralement située dans les abats de l’intestin supérieur. Elle est petite et sphérique par rapport à la taille du corps.

Thymus

Le thymus est constitué de deux petits lobules, chacun d’entre eux étant situé sur le côté du pharynx, sous la carotide interne et au milieu des veines jugulaires. On ne trouve rien de tout cela chez les animaux adultes.

Gesunde Chamäleon-Leber

Un foie caméléon sain

Foie et vésicule biliaire

Le foie de caméléon est constitué, comme pour tous les lézards, de seulement deux lobes allongés qui s’étendent jusqu’à l’arrière du corps. Le lobe gauche du foie est légèrement plus grand que le droit. La vésicule biliaire se trouve dans le lobe gauche du foie, en direction de l’estomac. Selon l’espèce de caméléon, la forme du foie est légèrement différente.

Tractus gastro-intestinal

L’estomac et les intestins ont une structure similaire à celle des mammifères, mais chez les caméléons, la digestion dépend beaucoup de la température du corps, de l’équilibre hydrique, de la taille et du type d’aliments. À température optimale, la digestion peut être beaucoup plus rapide qu’à des températures fraîches. Le passage complet d’un animal destiné à l’alimentation, de la sortie de l’estomac aux restes dans le cloaque, prend environ trois jours en moyenne, pour les animaux plus petits, un seul jour est possible. Ce temps est considérablement plus long que le passage intestinal chez les mammifères (plusieurs heures). L’intestin entier, chez certaines espèces seulement une partie, est pigmenté de noir chez les caméléons – ce qui est également assez inhabituel dans le règne animal.

Abdominalfettkörper bei Calumma parsonii

De très grandes corps graisseuses abdominales enCalumma parsonii

Corps gras abdominaux

Les caméléons ne sont que très peu obèses de l’extérieur, voire pas du tout. Le stockage de la graisse des animaux se fait plutôt dans l’abdomen sous la forme de deux corps gras longs et larges sous les côtes. Ces corps gras abdominaux peuvent prendre des proportions considérables chez les animaux suralimentés et peuvent atteindre le dessous des poumons. Les caméléons ne stockent donc pas leur graisse « sur les organes internes », mais uniquement dans ce corps gras abdominaux.

Appareil urogénital

Nieren eines Furcifer pardalis

Reins d’un Furcifer pardalis

Reins et glandes surrénales

Les caméléons ont un système veineux rénal-portique. Cela signifie que le sang peut être envoyé du corps par les veines directement au rein, et pas seulement au foie comme chez les mammifères. Les reins sont situés directement sous le sacrum et sont des structures allongées et lisses. Directement devant eux se trouvent les glandes surrénales, qui sont de petites glandes jaunâtres (il est question de savoir si elles sont présentes chez toutes les espèces de caméléons). Les reins appariés n’ont que quelques néphrons (corpuscules rénaux). Le dernier segment tubulaire est un segment dit sexuel, mais sa fonction exacte n’est pas claire. Les caméléons n’ont pas de boucle de Henle, que les mammifères utilisent pour concentrer leur urine – l’eau est prélevée dans le processus. Au lieu de cela, ils excrètent directement des cristaux d’acide urique, c’est-à-dire de l’urate. Les caméléons n’ont pas non plus de bassin rénal ou de papilles, qui chez les mammifères est l’endroit où aboutissent les tubes collecteurs des reins, mais les tubes collecteurs aboutissent directement dans l’uretère.

Vessie et cloaque

Le cloaque lui-même fonctionne comme une sortie commune pour l’urine et les fèces, c’est-à-dire que l’uretère et l’urètre et le rectum s’écoulent dans le cloaque. Il est divisé en trois sections : Coprodeum, urodeum et proctodeum. De nombreux caméléons ont une petite vessie, mais pas tous. Elle est en contact étroit avec les corps gras abdominaux et possède un urètre qui se termine par le cloaque. Chez les animaux mâles, l’urètre et le canal spermatique se terminent généralement sur la papille urogénitale dans l’urodène. Chez les animaux femelles, cependant, l’urètre et les trompes de Fallope sont séparés du cloaque.

Hemipenes eines Furcifer pardalis

Hémipènes d’un Furcifer pardalis

Organes génitaux

Les caméléons mâles n’ont pas seulement un pénis, mais deux soi-disant hémipènes. Ils se trouvent dans des poches derrière l’égout. Au sommet de chaque hémipénis se trouve un étroit canal qui transporte le sperme dans le cloaque de la femelle pendant l’accouplement. Les hémipèdes avec leur aspect spécifique (y compris les différentes papilles qui les recouvrent) sont également utilisés pour la différenciation des espèces.

Les caméléons femelles sont soit ovipares (pondent des œufs à coquille molle), soit ovovivipare (donnent naissance à des petits vivants entourés d’une fine peau d’œuf). Les animaux ont des ovaires et un intestin dit de ponte, qui s’écoule dans le cloaque. Lors de la ponte, la zone du cloaque peut être retournée afin que les œufs n’entrent pas complètement en contact avec les fèces ou l’urine.

La maturité sexuelle des lézards est déterminée par leur taille ou leur poids, et non par leur âge.

Caractéristiques sexuelles

La plupart des espèces de caméléons présentent un fort dimorphisme sexuel. Les mâles sont plus grands, plus colorés chez de nombreuses espèces et chez certaines espèces, ils ont des extensions de nez typiques ou des crêtes dorsales altérées. Chez le caméléon panthère, par exemple, le mâle est plus grand et plus coloré, tandis que la femelle est plus petite et reste rose. Chez Furcifer rhinoceratus, cependant, les mâles n’impressionnent pas par leur taille, mais par un nez bien marqué. Ici, ce sont les femelles qui portent des couleurs éclatantes.

La base de la queue d’un caméléon mâle est clairement épaissie par les deux poches d’hémipénies chez la plupart des espèces. Cependant, cet épaississement ne doit pas être confondu avec le cloaque, qui est situé plus en avant à la base de la queue.

Organes endocriniens

Les organes endocriniens comprennent les glandes épithéliales et hypophysaires, la thyroïde, les glandes surrénales (déjà mentionnées dans le chapitre sur l’appareil génito-urinaire), les îlots de Langerhans du pancréas et les gonades (également expliqués dans le chapitre sur l’appareil génito-urinaire), éventuellement aussi la glande pariétale (voir chapitre correspondant). Une caractéristique particulière des lézards est la glande ultimobranchique, qui produit la calcitonine (une hormone) séparément de la glande thyroïde.

Digiprove sealCopyright secured by Digiprove