Prédateurs caméléons

Brookesia ebenaui im Montagne d'Ambre, 201
Furcifer timoni, male, Montagne d'Ambre, 2019
Calumma amber, male, Montagne d'Ambre, 2019
Palleon nasus in Ranomafana 2018

Les connaissances sur les prédateurs des caméléons malgaches proviennent principalement de rapports anecdotiques et (jusqu’à présent) de recherches moins systématiques. Nous observons aussi de temps en temps comment les caméléons deviennent les victimes d’autres animaux dans la nature sauvage de Madagascar. Jenkins, Rabearivony et Rakotomanana ont publié le seul aperçu sur ce sujet jusqu’à présent en 2009. On peut supposer qu’à Madagascar, les caméléons sont principalement mangés par les oiseaux et les serpents.

Parmi les oiseaux, deux oiseaux de proie sont particulièrement remarquables: Le Firasabé de Madagascar (Eutriorchis astur) et le Faucon à ventre rayé (Falco zoniventris). Les caméléons semblent constituer une part très importante du régime alimentaire de ces deux espèces. Tous deux chassent principalement à la cime des arbres, ce qui prédestine les caméléons vivant dans les arbres comme nourriture. Chez le Firasabé de Madagascar, on a observé pendant une saison de reproduction en saison des pluies que 83 % des proies étaient des caméléons et des geckos. Les Firasabés s’assoient généralement sur une branche surélevée et observent les environs de là. S’ils découvrent une proie valable, ils volent vers elle et l’attrapent avec leurs fortes griffes. Les caméléons sont généralement déjà percés et tués. Avec la proie, les oiseaux retournent à leur point d’observation pour la manger morceau par morceau. On connaît également plusieurs rapports sur la Buse de Madagascar (Buteo brachypterus), l‘Épervier de Frances (Accipiter francesii), le Vanga écorcheur (Vanga curvirostris), le busard de Madagascar (Circus macrosceles) et le Gymnogène de Madagascar (Polyboroides radiatus) ainsi que le faucon pèlerin (Falco peregrinus), dans lesquels ces oiseaux se sont nourris de caméléons.

On ne connaît que des attaques uniques observées sur des caméléons de taille moyenne et de grande taille par le hibou Malgache (Asio madagascariensis), l’Effraie de Soumagne (Tyto soumagnei), Eurycère de Prévost (Euryceros prevostii), l’Oriolie de Bernier (Oriolia bernieri), le vanga à tête blanche (Leptoperus viridis) et le faucon de Madagascar (Falco newtoni). Même les magnifiques Couas bleu (Coua caerulea) et les très petits Martin-pêcheur malgache (Corythornis madagascariensis) ont été capturés avec de petits caméléons comme proie. Les oiseaux nocturnes semblent rarement attraper un caméléon – probablement parce que les caméléons dorment la nuit et sont plus difficiles à repérer immobiles que les proies. Les caméléons terrestres sont moins susceptibles de devenir la proie des oiseaux. Mais même ces petits caméléons discrets ont été attaqués et mangés par des oiseaux de taille correspondante qui fouillent le sol dans le feuillage, à savoir le Brachyptérolle leptosome et pittoïde (Brachypteracias leptosomus et Atelornis pittoides).

Les mangeurs de caméléons les plus courants sont Mimophis mahfalensis, Ithycyphus perineti ou Ithycyphus oursi et Madagascarophis colubrinus. Les quatre espèces trouvent des caméléons directement dans les arbres et sur le sol. Les caméléons font également partie du régime alimentaire de divers serpents du genre Phisalixella (anciennement Stenophis) et Parastenophis (Ph. variabilis, Pa. betsileanus). Tous les serpents mentionnés tuent leurs victimes par une morsure, tandis que la sécrétion des glandes dites de Duvernoy s’écoule dans la blessure. Les glandes de Duvernoy sont une sorte de « précurseur primitif » de véritables glandes à venin. Le poison produit dans ces glandes n’est pas particulièrement puissant. Chez les Mimophis, les Phisalixelles et les parasténophes, elle est libérée par des crochets situés loin en arrière dans la mâchoire, approximativement sous les yeux. Pour les grands mammifères comme l’homme, le venin de la Mimophis est plutôt inoffensif et peut être comparé à une piqûre de guêpe. Les caméléons, cependant, peuvent devenir paralysés par l’effet de la sécrétion et même tués. Pour autant que cela ait été étudié jusqu’à présent, le poison est une hémotoxine, c’est-à-dire qu’il détruit les cellules sanguines. Madagascar abrite également plusieurs serpents étouffeurs, mais ils semblent moins se soucier des caméléons que des autres proies.

Nous avons déjà observé à plusieurs reprises comment des serpents tuaient par morsure ou étranglaient des caméléons, mais ne pouvaient pas les avaler à cause de leur taille. Il semble que de temps en temps, les caméléons deviennent victimes de serpents qui surestiment simplement leur proie. Mais les caméléons morts ne restent pas longtemps sur place – ils sont réduits en petits morceaux et décimés assez rapidement par les insectes, les oiseaux ou d’autres reptiles. Au fait, la première photo de gauche dans la rangée suivante montre exactement une telle situation: Une Phisalixella variabilis a enlacé un Furcifer oustaleti et l’a tué d’une morsure près de sa tête. Après la mort du caméléon, le serpent a essayé de le dévorer. Au bout d’une bonne demi-heure, il s’est arrêté, car le caméléon ne tenait tout simplement pas entre les mâchoires. Le lendemain, il ne restait plus du corps de Furcifer oustaleti que des os et un peu de peau.

Certains serpents se contentent de manger ce qu’ils peuvent trouver – de préférence des œufs enterrés dans le sol, et de temps en temps un caméléon vivant. Parmi ces serpents figurent le Leioheterodon madagascariensis et le Pseudoxyrophus ambreensis. Ils s’enfouissent la tête la première dans le sable ou dans le sol pour trouver de nouvelles prises. Sur la photo, une Leioheterodon a apparemment trouvé des oeufs caméléons dans la forêt sèche d’Ankarafantsika. Les œufs sont fendus dans la bouche avec les dents afin que le jaune puissent être digérés. Les œufs de caméléons dans le sol sont très sensibles aux prédateurs. Il n’est même pas nécessaire que ce soit des serpents. Même certaines espèces de fourmis peuvent détruire les œufs de caméléon.

Il est intéressant de noter que même les grenouilles mangent rarement des caméléons pendant la saison des pluies. Les années particulièrement pluvieuses, les petits peuvent se retrouver dans l’estomac de la grenouille des prés (Ptychadena madagascariensis) ou de Mantidactylus femoralis. Il est probable que d’autres grenouilles cherchent également à attraper des caméléons lorsqu’elles en ont l’occasion – mais cela n’a été observé que très rarement jusqu’à présent. De très petits caméléons sont aussi parfois capturés par des mantes religieuses et de grandes araignées.

Les lémuriens mangent aussi rarement des caméléons – probablement seulement quand une très bonne occasion se présente. On a observé que les Lemurs Cattas, les Microcèbes et les Chirogales se nourrissent de caméléons. En fait, ces lémuriens préfèrent les fruits, les fleurs et les feuilles. Les Microcèbes et Chirogales complètent leur alimentation par des insectes. Pendant la saison sèche, cependant, l’approvisionnement en verdure et en insectes frais est plutôt limité dans les régions du sud de Madagascar. Un caméléon est alors le bon « bouche-trou ». Il est frappant de constater que les lémuriens ont souvent laissé une grande partie de leurs proies inhabituelles inutilisées lors des observations. Cela suggère que les caméléons ne sont ni un repas principal ni une proie particulièrement commune pour les lémuriens. Peut-être que les caméléons n’attirent tout simplement pas les lémuriens. Cependant, il est également possible que les lémuriens tuent les caméléons davantage par curiosité et par « essais et erreurs » que par faim.

Le Fossa, à peu près à hauteur de genou, est un autre mammifère malgache qui se sert occasionnellement de la population de caméléons et le plus grand prédateur de l’île. Les Fossas sont cathaméraux, c’est-à-dire actifs de jour et/ou de nuit, selon les besoins. Ils peuvent facilement grimper aux arbres et y trouver des caméléons. Les chasseurs opportunistes tels que la mangouste à queue annelée (Galidia elegans), la mangouste de Grandidier (Galidictis grandidieri), le Fanaloka (Fossa fossana) ou diverses espèces de tenreks ne repoussent pas non plus un caméléon de temps en temps. Les tenreks broutent principalement dans le feuillage, leurs victimes sont donc principalement des caméléons de terre.

Les chats domestiques et les rats de Norvège introduits constituent également une menace croissante pour les caméléons de Madagascar. Les chats sont souvent aussi nourris par les Malgaches les plus pauvres, mais ne sont pas stérilisés, c’est pourquoi ils se reproduisent sans contrôle sur l’île. Plusieurs Malgaches nous ont déjà dit que les chats se « spécialisent » parfois même dans le creusement des femelles caméléons et fouillent spécifiquement le sol à la recherche de caméléons en ponte afin de les tuer. Ils ne tue pas seulement des rats et des souris « indésirables » dans les maisons, mais ils tuent aussi avec succès des amphibiens, des reptiles et des oiseaux. Les chats sont donc malheureusement un facteur de problème croissant pour la diversité des espèces indigènes à Madagascar. Les photos suivantes ont été prises à Andasibe, Ambilobe et Sambava. Nous en aurions des centaines d’autres. Même dans les régions les plus reculées de Madagascar, les chats domestiques errants sont devenus indigènes. Les rats utilisent principalement les œufs, qu’ils déterrent, mangent et détruisent.

Au fait, bien que les humains ne soient pas des prédateurs, ils constituent le plus grand problème pour les caméléons de Madagascar. De nombreux caméléons perdent leur habitat à cause de l’agriculture sur brûlis et de l’exploitation forestière par l’homme. Toutes les espèces ne sont pas capables de survivre sans problème dans la végétation secondaire. De nombreuses espèces de caméléons malgaches dépendent d’habitats particuliers tels que la forêt tropicale humide intacte à une certaine altitude ou la forêt d’épines intacte. L’homme détruit ces habitats de caméléons à Madagascar depuis de nombreuses décennies. Même les zones protégées désignées sont menacées de destruction en raison de la pauvreté élevée et presque inarrêtable qui sévit à Madagascar. Et les humains tuent aussi en se déplaçant: des caméléons sont régulièrement écrasés sur les routes de Madagascar. Même s’il ne s’agit généralement pas d’espèces rares, les caméléons touchés sont morts inutilement.

Digiprove sealCopyright secured by Digiprove