Lien temporaire entre paires

Photo ci-dessus : Une femelle et un mâle Furcifer oustaleti pendant la saison des pluies,
trouvés assis non loin l’un de l’autre dans des buissons près d’Andavadompy dans les hautes terres centrales.

Les caméléons sont considérés comme des solitaires stricts. Ceci s’applique presque sans réserve à la plupart des espèces malgaches. Cependant, pendant la saison des amours, c’est-à-dire pendant la saison des pluies, de novembre à mars environ, certaines espèces de caméléons préfèrent être vues en couple. Les animaux ne dorment pas sur la même branche la nuit, mais souvent dans le même mètre carré de forêt. Pendant la journée, ils tolèrent la présence du sexe opposé, ce qui n’est généralement pas le cas pendant la saison sèche. Chez Furcifer pardalis, par exemple, on peut très bien l’observer pendant la saison des pluies : Lorsqu’il y a une femelle pendant la saison des pluies, il y a une forte probabilité de trouver le mâle correspondant.

Une femelle (en haut) et un mâle (en bas) caméléon panthère trouvés sur la même plante à Ankaramibe, au nord-ouest de Madagascar.

Chez certaines espèces de caméléons, dont Calumma linotum et Calumma boettgeri, le mâle continue à accompagner la femelle pendant plusieurs jours après l’accouplement réussi. Ce comportement est connu chez d’autres animaux sous le terme mate guarding. Traduit en français, cela signifie quelque chose comme « protéger son compagnon ». Ceci est principalement lié à la protection de la femelle contre les avances d’autres mâles. Le mâle, qui protège « sa » femelle, assure ainsi sa propre reproduction et la propagation de ses propres gènes. En outre, elle peut s’accoupler plusieurs fois, si ça n’a pas fonctionné du premier coup.

Chez les caméléons terrestres du groupe Brookesia minima, certains mâles se laissent même porter par les femelles plus grandes pendant un certain temps au cours de la saison de reproduction. Ils restent simplement assis sur le dos de la femelle après l’accouplement proprement dit au lieu de redescendre. Ce comportement permet aux petits caméléons d’économiser de l’énergie et leur donne la possibilité de s’accoupler à nouveau avec la même femelle dans un court laps de temps.

Chez la plupart des espèces de caméléons de Madagascar, ce type de lien de couple temporaire (n’existant que brièvement) prend fin avec la grossesse de la femelle. La femelle chasse alors assez rigoureusement le mâle intrus de son environnement immédiat, car elle ne veut plus s’accoupler. Les tentatives d’approche sont alors reconnues par un sifflement menaçant et une coloration correspondante.

D’ailleurs, on ne peut pas parler d’émotions comme l’engouement avec des caméléons. Avec eux, le lien temporaire de couple l’emporte sur les avantages pratiques.

Liaisons plus durable

Calumma crypticum Paarung Weibchen droht

La femelle Calumma crypticum à gauche de la photo est déjà enceinte et menace le mâle intéressé à droite de ne pas s’approcher ; près d’Ambositra dans les hauts plateaux du Sud

Il n’est pas clair si les caméléons recherchent spécifiquement le partenaire de l’année précédente lors de la prochaine saison des pluies ou non. Pour la plupart des espèces, on suppose que ce n’est pas le cas. Pour les espèces qui montrent une protection prononcée du partenaire, cela n’a pas encore été étudié à Madagascar.

Un lien de couple au sens d’une monogamie permanente ou même à vie, comme cela se produit chez les mammifères et les oiseaux, n’a pas encore été observé chez les caméléons malgaches. De nouveaux couples peuvent se former à chaque saison des pluies. Même pendant une seule saison des pluies, un caméléon peut s’accoupler avec plusieurs congénères du sexe opposé. Qu’un couple survive à plusieurs saisons de pluie et de sécheresse est très rare et n’est connu que de quelques espèces sur le continent africain. A Madagascar, il y a actuellement un manque d’études à ce sujet.

Digiprove sealCopyright secured by Digiprove