Caméléons libres dans le salon

Des photos apparaissent sans cesse sur Internet montrant des caméléons « en liberté » dans le salon, éventuellement dans la chambre, la cuisine ou le balcon. Les animaux sont assis sur des armoires, des tringles à rideaux, courent sur le tapis ou sont portés par leur propriétaire sur le bras ou la tête. Nous avons résumé ici pourquoi ces « promenades » sont problématiques pour le caméléon et pourquoi nous pensons qu’un caméléon devrait toujours rester dans son terrarium.

L’idée originale de la terraristique est d’amener un certain animal dans le salon, mais de rendre son habitat aussi semblable que possible à la nature. Cela inclut également les conditions climatiques, qui peuvent désormais être très bien recréées grâce à une grande variété de lampes, terrariums, plantes et autres ustensiles disponibles sur le marché.

Dans les pièces habitées par des humains, le climat est cependant différent : Un éclairage continu et donc une imitation de la lumière naturelle du soleil n’est pas possible, même avec des lampes isolées dans le salon (d’autant plus que celles-ci seraient accessibles et présenteraient donc un risque considérable de blessure). Même le rayonnement UV-B vital n’a pas lieu dans les salles de séjour. Les fenêtres normales ne laissent pas passer les UV-B, mais le caméléon court instinctivement vers l’endroit le plus lumineux. Normalement, dans la nature, il y a de la chaleur et des UV-B. Dans le salon européenne moyen, il y a plutôt de l’air de chauffage froid ou sec.

Le climat dans le terrarium est également déterminé dans une large mesure par les plantes vivantes. Entre les plantes, on obtient l’humidité nécessaire à la conservation d’un caméléon. Le salon ou la chambre à coucher, ainsi que la cuisine et les autres pièces de séjour, ne peuvent cependant pas être plantés de manière dense, et encore moins être arrosés régulièrement. Cela signifie que l’humidité de l’air dans le salon est constamment trop faible pour un caméléon.

Un autre problème est la température ambiante. Dans le terrarium, tu peut facilement créer un gradient de température, qui offre également des endroits ensoleillés avec des lampes chauffantes et des températures supérieures à 25°C. En revanche, les espaces de vie moyens sont à une température ambiante de 20 à 22°C. Les reptiles sont changeants de chaleur, ils adaptent donc leur température corporelle à l’environnement et ne peuvent pas les garder dans une région plus fraîche comme le font les humains, les chiens et les chats. Ils dépendent des bains de soleil pour que leur corps tout entier et donc tous les processus métaboliques puissent fonctionner.

Un caméléon qui est constamment ou répétitivement exposé à des conditions environnementales sous-optimales (ici: température, luminosité, UV-B, humidité) développera un système immunitaire plus faible à long terme et sera donc plus susceptible de tomber malade. Dans le cas des caméléons de « salon » ou de « rebord de fenêtre », une telle attitude peut entraîner des maladies même après des années ; la pneumonie, par exemple, qui est détectée tardivement, est particulièrement fréquente.

D’autres points qui s’opposent fortement au maintien des caméléons en dehors d’un terrarium ou « en liberté » :

Les caméléons sont extrêmement débrouillards, ils grimpent très bien et atteignent les endroits les plus impossibles. Cependant, les lampes de bureau, les bouteilles et autres objets peuvent facilement tomber si un caméléon essaie de les escalader. La plupart du temps, ils tombent simplement avec l’animal. Même les fenêtres inclinées ou les portes qui claquent peuvent facilement devenir une source de danger, ce qui, dans le pire des cas, peut être fatal pour un animal relativement petit comme un caméléon. Il ne s’agit pas forcément d’une cuisinière ou d’un prédateur comme un chien ou un chat – le salon moyen offre déjà suffisamment de sources de blessures pour les caméléons. On peut les éviter complètement en les conservant dans un terrarium.

Cependant, les caméléons ne sont pas seulement exposés à de nombreuses sources de danger, ils peuvent aussi facilement « disparaître » derrière des placards, sous ou même dans des canapés ou d’autres endroits supposés complètement inaccessibles. Cela peut sembler absurde au premier abord, mais c’est la réalité. De nombreux propriétaires de caméléons qui gardaient leurs animaux dans leurs quartiers d’habitation étaient autorisés à passer des heures à un moment donné pour retrouver le caméléon.

Si un caméléon est gardé exclusivement ou principalement en dehors du terrarium, il est généralement privé de l’une des rares possibilités d’enrichissement de l’environnement par des animaux nourris. Dans le terrarium, l’animal doit chasser sa proie comme dans la nature, mais dans le salon, personne ne voudra laisser les grillons et les cafards en liberté.

« Il gratte le verre ! » – Un comportement souvent mal interprété.

Souvent, les propriétaires de caméléons nous disent que leur animal « veut » quitter le terrarium, il gratte même la vitre. Habituellement, le caméléon ne cherche pas le « salon de l’habitat », mais l’endroit le plus lumineux à proximité – souvent une fenêtre avec de la lumière solaire. Si c’est le cas, l’erreur est clairement de chercher le terrarium: L’éclairage est-il trop sombre, y a-t-il trop peu d’UV-B ou les températures ne sont-elles pas correctes? Même un terrarium trop petit ou mal meublé peut inciter un caméléon à vouloir trouver un « meilleur » endroit. Il suit ses instincts, mais ne peut pas savoir que le salon est un endroit encore plus inadapté que son terrarium manifestement sous-optimal. En tant que gardiens, nous sommes ici mis au défi d’améliorer le terrarium. D’ailleurs, les caméléons ne connaissent pas les vitres, car il n’y en a pas dans la nature. Ils peuvent donc essayer longtemps et sans relâche de franchir la barrière invisible. En tant que propriétaire, tu dois trouver un remède ici aussi et rendre « visibles » pour l’animal les bordures correspondantes du terrarium. Cela permettra de résoudre rapidement le problème.

Enfin, la présence d’un reptile dans l’espace de vie est aussi une question d’hygiène. En tant qu’animaux sauvages non domestiqués, les caméléons ne peuvent pas être habitués à certains endroits où les excréments et l’urine doivent être déposés. Les restes se retrouvent donc sur le sol, le canapé ou la table de la cuisine. Mais cette question (et seulement cette question) doit être répondue par chaque propriétaire pour lui-même.

Conclusion

Le « voyage libre au salon », souvent bien intentionné, n’est malheureusement pas une bonne idée avec les caméléons. Le meilleur choix est le terrarium conçu en fonction de l’espèce et aussi proche de la nature que possible. Pour le bien de l’animal et de sa santé, une laisser le caméleon aller dans le salon ou un maintien complet dans le salon ne l’est certainement pas.

Si tu souhaites offrir à ton animal beaucoup d’espace ou un véritable jardin d’escalade, tu peux le faire avec des terrariums plus grands ou des pièces converties en terrariums (avec des murs étanches, des plantations appropriées, des installations pour la pluie, etc.) ou, en été, de généreux enclos extérieurs. Cela élimine également le seul avantage supposé de garder le caméléon à l’intérieur : le caméléon a un rayon de mouvement beaucoup plus grand. La taille et la conception du terrarium sont en fin de compte avant tout une question d’espace et de coûts pour le propriétaire, qui ne doivent pas être économisés au détriment de l’animal.

Digiprove sealCopyright secured by Digiprove