Comportement de défense et d’évasion des caméléons terrestres

  • Home
  • Caméléons
  • Comportement de défense et d’évasion des caméléons terrestres
Brookesia superciliaris
Brookesia ebenaui im Montagne d'Ambre, 201
Brookesia thieli in Anjozorobe 2018
Brookesia tuberculata

Les caméléons terrestres malgaches des genres Brookesia et Palleon sont assez particuliers – aussi et surtout en ce qui concerne leur comportement de défense contre les prédateurs. En raison de leur taille et de la diversité de couleurs moins prononcée des caméléons de Madagascar, qui vivent dans les arbres, ils ont développé des comportements très particuliers pour se protéger contre les prédateurs de proies.

Fuir

Une stratégie simple pour éviter une situation désagréable: Fuyez. Certains caméléons terrestres tentent de s’enfuir en vitesse avant de penser à d’autres mécanismes de défense. Bien que les caméléons terrestres ne puissent pas « courir » vraiment vite, ils peuvent se déplacer étonnamment vite sur le sol sous l’épaisse couche de feuilles et donc au moins hors de vue.

Se figer

Brookesia superciliaris aus Ranomafana

Brookesia superciliaris à Ranomafana, qui s’est arrêté directement en mouvement lorsque le photographe a été vu

De nombreux caméléons terrestres réagissent au toucher ou à la saisie avec un comportement d’immobilisation typique. Ils n’avancent pas, mais se figent au milieu de leur mouvement (en anglais freeze). Ce n’est que par les yeux que l’on peut voir que le caméléon terrestre observe son environnement avec tension. De nombreux prédateurs se désintéressent de leurs proies lorsqu’elles s’arrêtent soudainement de bouger. L’immobilisation est donc judicieuse afin de pouvoir sortir indemne de situations potentiellement dangereuses. Si rien d’autre ne se passe, le caméléon continue de courir après quelques minutes. Comme les grands caméléons, le caméléon se déplace dans un mouvement de va-et-vient pour imiter une feuille se balançant au vent.

Se laisser tomber et se rouler

De nombreux caméléons terrestres comme Brookesia antakarana, Brookesia minima, Brookesia peyrierasi ou Brookesia confidens ont un comportement très spécifique lorsqu’ils sont touchés : ils tirent les bras et les jambes vers leur corps et se laissent tomber avec un mouvement de roulis. Peu importe qu’ils tombent d’un tronc d’arbre ou d’une branche. Grâce à leur poids corporel plus faible et aux sacs gonflables, les caméléons ne se blessent généralement pas. En anglais, ce comportement est appelé freeze and roll. On suppose que les caméléons de terre l’utilisent pour imiter les feuilles ou les petites branches qui sont accidentellement touchées par le prédateur et qui tombent accidentellement. Dans la plupart des cas, le caméléon terrestre continue à courir sur le sol après quelques secondes. Nous avons observé ce comportement très souvent à Madagascar. Elle est présente chez presque toutes les espèces de Brookesia, mais avec des degrés de gravité très différents chez chaque individu. Certains caméléons terrestres utilisent ce comportement de fuite même en cas de perturbation minime, d’autres le provoquent à peine.

Vibration

Brookesia micra, Nosy Hara, 2019

Ces minuscules créatures de Nosy Hara peuvent aussi vibrer

Si un caméléon terrestre est pris dans la bouche par un prédateur ou soulevé par l’homme avec ses doigts, des mécanismes de défense apparemment sans contact comme se figer ou se rouler n’ont pas fonctionné. À ce moment, les caméléons terrestres utilisent souvent une vibration du corps entier. Si tu tiens l’animal dans ta main, il ressemble un peu à un téléphone portable qui vibre. On estime que la fréquence de la vibration est de 10 à 50 Hertz et qu’elle est générée par les muscles situés entre les côtes. Ce comportement inhabituel est probablement destiné à irriter le prédateur afin qu’il libère spontanément le caméléon. Cela offre au caméléon terrestre la possibilité de s’échapper. D’ailleurs, la taille de l’espèce n’est pas importante pour ce comportement. Dans Brookesia micra, le plus petit caméléon du monde, nous avons déjà ressenti la même vibration que dans le plus grand caméléon terrestre de Madagascar, Brookesia superciliaris.

Aplatir le corps

Plutôt inhabituel, mais à observer encore et toujours, est ce qu’on appelle l’aplatissement des caméléons terrestres (en anglais dorsal flattening). Contrairement aux caméléons arboricoles, qui agrandissent leur corps vers le haut et vers le bas lorsqu’ils sont menacés et ressemblent à un mince disque de face, les caméléons terrestres se comportent de manière exactement opposée. Ils pressent leur abdomen plus près de leur dos et déplacent leurs côtes plus loin vers l’extérieur pour avoir l’air « aplati ». Probablement qu’ils essaient de se faire plus comme une feuille morte. Nous avons déjà observé ce comportement chez Brookesia stumpffi et Brookesia thieli.

Se secouer

Si un caméléon terrestre plus grand est fixé entre les doigts, certains individus présentent un autre mécanisme de défense: le corps entier se déplace par vagues, ce qui fait que les écailles tuberculeuses dorsolatérales sont repoussées vers l’extérieur de manière répétée. L’animal « tremble » littéralement d’avant en arrière. On suppose que ce comportement vise à faire en sorte que le prédateur, comme les oiseaux, lâche le caméléon terrestre dans la peur et lui permette ainsi de s’échapper. En anglais, ce comportement est appelé spine thrusting (poussée de la colonne vertébrale).

Le réflexe du mort

Tous les caméléons terrestres de Madagascar utilisent la soi-disant akinésie en dernier recours pour échapper à une situation menaçante. Akinese vient du grec ancien de kínēsis, qui avec le a devant signifie « pas de mouvement ». C’est exactement ce qui se passe: le caméléon terrestre tire les bras et les jambes fermement contre le corps et se laisse tomber (sans rouler), peu importe où il se trouve. Il ferme les yeux et ne bouge plus. Peu d’animaux ouvrent même la bouche et poussent l’hyoïde légèrement vers l’avant pour simuler une mort qui semble aussi réelle que possible. Pour de nombreux prédateurs, le mouvement est crucial – si une proie potentielle cesse de bouger, elle devient immédiatement inintéressante. Si l’on attend et que l’on observe le caméléon terrestre, les yeux bougent à nouveau au bout de quelques secondes. Le caméléon vérifie si le prédateur est parti. Si qui, il se relève et continue à courir normalement.

Position de sommeil surélevée

Bien que, à quelques exceptions près, tous les caméléons terrestres soient principalement sur le sol pendant la journée, ils ne dorment pas dans les feuilles la nuit. Ils recherchent des brins d’herbe, des branches fines ou des plantes comme lieu de sommeil. Chez les jeunes animaux, le lieu de sommeil n’est généralement qu’à dix centimètres du sol, les caméléons terrestres adultes dorment parfois à une hauteur d’un mètre à un mètre et demi. Cette position de sommeil surélevée protège les petits caméléons des prédateurs nocturnes au sol, tels que les serpents fouilleurs ou les tenreks. Les photos suivantes montrent des individus de Palleon nasus et Brookesia antakarana exactement comme nous les avons trouvés dormant la nuit dans les forêts tropicales de Ranomafana et de la Montagne d’Ambre.

Digiprove sealCopyright secured by Digiprove